location salle buerau brest
Contact espave vivre mieux
Gaëlle Legrand-Foures
gaëlle legrand-foures

Graphothérapie
Rééducation de l'écriture

29grapho@netc.fr



modalités et tarifs


Bilan graphomoteur : 2 heures environ : 120€.
Séance de rééducation : 45 min : 46€.

séance de graphothérapie - rééducation de l'écriture à Brest
séance de graphothérapie - rééducation de l'écriture à Brest

Séances individuelles sur rendez-vous de Graphothérapie - Rééducation de l'écriture
120 rue du Cdt Drogou à Brest

La graphothérapie - Rééducation de l'écriture

Parents :

  • L’écriture de votre enfant est illisible, lente et fatigante.
  • Ou son écriture est trop rapide, précipitée, sans contrôle du geste graphique.
  • Ses enseignants se plaignent de son écriture, de son manque de soin, que ses cahiers soient mal tenus, retouchés, raturés voire illisibles.
  • Votre enfant donne l’impression qu’il fait trop d’efforts pour écrire,
  • Que sa tenue du stylo est incorrecte et difficile.
  • Qu’il éprouve des problèmes de relation à l’espace dans les feuilles, avec les marges.
  • Qu’il ressent des douleurs en écrivant (crampes, mal au poignet).
  • Sa latéralisation ne semble pas bien définie (gaucher ou droitier ? ).
  • Qu’il manque de confiance en lui.
  • Qu’il développe un blocage dans sa relation à l’écrit.
  • Qu’il montre trop d’application.
  • Oublis de lettres, de mots, étourderies.
  • Ecrire est pour lui de plus en plus difficile et ses résultats scolaires s’en ressentent : difficulté scolaires, comportementales...

PENSEZ A CONSULTER UNE GRAPHOTHERAPEUTE !

Qu'est-ce que la graphothérapie ?

La graphothérapie est le traitement des dysgraphies, elle est aussi appelée rééducation de l’écriture.
Il s’agit donc d’une rééducation fine de l’écriture, qui contribue à aider les enfants, les adolescents ou les adultes, souffrant de dysgraphie, tout en respectant leur personnalité.
L’objectif essentiel de la rééducation en écriture est le rétablissement du geste d’écriture en apportant fluidité, aisance, vitesse d’exécution, régularité de dimension et d’inclinaison, afin de permettre une bonne lisibilité.
Il s’agit donc d’améliorer l’écriture, sans la transformer pour autant, afin de retrouver ou de découvrir le plaisir d’écrire.

« La graphothérapie est à la dysgraphie ce que l’orthophonie est à la dyslexie », C. Thoulon-Pages.

La dysgraphie :
La dysgraphie est un désordre de l’écriture qui affecte l’aisance, la lisibilité ou la rapidité de l’écriture.
Cette déficience de l’écriture ne s’accompagne d’aucun trouble neurologique ou intellectuel, mais peut mettre l’enfant en difficulté voire en échec scolaire et engendrer de l’anxiété.

Des causes trés diverses :

  • Défaut de maturité.
  • Refus de l’écrit, de communiquer.
  • Difficultés de coordination.
  • Problèmes de latéralité non ou mal résolus.
  • Mauvaise tenue du stylo ou posture.
  • Difficultés autres, comme la dyslexie, les troubles du langage, la dysorthographie, l’hyperactivité, la précocité (le geste n’est pas aussi rapide que la pensée) .
  • Mauvaise intégration des pré-requis en primaire, (le schéma corporel, l’orientation spatiale, l’organisation spatio-temporelle, la coordination oculo-manuelle...) .
  • Manque de confiance en soi, stress .
  • Accident altérant la motricité fine.
  • Difficultés de certains gauchers (poignet « cassé en col de cygne », main scriptrice passant sur l’écriture…)...

Premier rendez-vous :
L’Anamnèse :
Avant de mettre en place le travail de rééducation, il est nécessaire de bien connaître le problème de l’enfant, son environnement familial, scolaire, psychologique, ses antécédents afin de bien cerner les objectifs et de proposer le plan de rééducation.

Le Bilan Graphomoteur :
Par le Bilan Graphomoteur, le graphothérapeute recherche les dysgraphies de lenteur, de forme, de mouvement. Il fait passer à l’enfant un examen de l’écriture et observe la tenue de l’instrument, le geste graphique et les postures.

Les séances de rééducation :
A l’issue du bilan, le graphothérapeute peut proposer un plan de rééducation personnalisé en fonction du ou des problèmes identifiés.
Chaque cas étant particulier, le nombre des séances est variable. Des objectifs sont définis à l’issue du bilan.

La Sécurité Sociale ne prend pas en charge les séances de graphothérapie.
Certaines mutuelles en acceptent la prise en charge totale ou partielle.
Se renseigner auprès de sa mutuelle.

espace vivre mieux
Location de salles et bureaux à Brest.